Midwives’ Pathways from Health to Leaves of Absence and Return to Work Findings from a pan-Canadian Study

Main Article Content

Kellie Thiessen
Cecilia Benoit
Jelena Atanackovic
Elena Neiterman
Kelly Gregory
Henrietta Akuamoah-Boateng
Angela Freeman
Andrea Mellor
Ivy Bourgeault

Keywords

Abstract

Background: The mental health of midwives is an area of increased investigation as these experiences affect their attrition from the profession.
Aim: To examine the mental health experiences of midwives and midwifery students in Canada and how they respond to these experiences.
Methods: A mixed methods study involved surveys with 202 midwives and midwifery students, complemented by qualitative interviews with 44 participants (33 midwives, 11 students).
Findings: Midwives and midwifery students self-report a high percentage (79%) of personal mental health issues. Of those, over half changed their work (55%), and a similar number contemplated taking a leave (59%). Far fewer midwives took a leave (17%), and 70% who did, returned to work.
Conclusion: Barriers to taking a leave of absence from work due to mental health concerns draw attention to the limited options in the models of midwifery practice currently in Canada and the need for alternatives.


RÉSUMÉ
Contexte: La santé mentale des sages-femmes est un domaine qui fait l’objet de plus en plus d’études, car ces expériences ont une incidence sur l’abandon de la profession.


Objectif: Examiner les expériences de santé mentale des sages-femmes et des étudiantes en pratique sage-femme au Canada et la façon dont elles réagissent à ces expériences.
Méthodes: Une étude à méthodes mixtes a comporté des enquêtes auprès de 202 sages-femmes et étudiantes en pratique sage-femme, complétées par des entretiens qualitatifs avec 44 participantes (33 sages-femmes, 11 étudiantes).
Résultats: Les sages-femmes et les étudiants en pratique sage-femme déclarent un pourcentage élevé (79 %) de problèmes personnels de santé mentale. Parmi eux, plus de la moitié ont changé de travail (55%) et un nombre similaire a envisagé de prendre un congé (59%). Beaucoup moins de sages-femmes ont pris un congé (17%), et 70% de celles qui l’ont fait sont retournées au travail.
Conclusion: Les obstacles à la prise d’un congé en raison de problèmes de santé mentale attirent l’attention sur les options limitées des modèles de pratique sage-femme actuellement en vigueur au Canada et sur la nécessité de trouver des solutions de rechange.

Abstract 74 | PDF Downloads 14 XML Downloads 1 HTML Downloads 0